janvier 27, 2005

Good Morning Vietnam

Il fallait que je la fasse celle la, elle etait trop facile.
Je me dois, devant tous ces messages de lecteurs assidus, et pour feter le nouvel ordinateur de ma vieille cousine Martine (c est elle qui dit vieille je ne me serais pas permis), de vous ecrire un peu ou j en suis meme si j ai lachement abandonne mon velo a saigon pour une boucle d un mois au vietnam en compagnie d un ami de Noumea, Jean Paul BEDIN (on va l appeler Paulo ca sera plus court).

De Saigon, Anne Sophie est rentree en France. Deux jours apres, Paulo est arrive dans cette meme ville. J ai laisse mon velo chez le directeur d`une ecole francaise de Ho Chi Minh City (c`est le nouveau nom de Saigon) et nous sommes partis a la decouverte de ce pays lui aussi marque par des annees de guerre sanglante.
Apres une journee en ville, et une journee de visite d`un temple dedie a une religion que je n ai pas comprise et des tunnels qui ont permis aux guerilleros Viet Cong de mener la vie tres dure aux combattants americains, nous avons pris un train de nuit pour aller a Danang, sur la cote a mi route vers Hanoi.
Pour aller du marche de saigon a la gare, nous avons loue les services de cyclopousse ou rickshaw, appelez ca comme vous voulez. Apres 500 m assis confortablement, nous avons demande a nos serviteurs de bien vouloir arreter de pedaler et nous avons pris leurs places. De nuit, nous avons donc traverse une partie de saigon en pedalant, promenant un vietnamien tout sourire de se voir ainsi a la place du touriste. Nous ne sommes pas les premiers a faire une telle chose, mais c`etait vraiment tres rigolo.
A 30 km au sud de Danang existe une petite ville classee patrimoine mondial par l UNESCO. Il s agit d` Hoi An (c`est un annagramme de Hanoi), et c est vraiment joli, tres calme parce que la circulation est interdite dans une partie de la vieille ville, et evidemment tres touristique.
De plus, la specialite d Hoi An est la couture sur mesure, donc tous les touristes se font faire un tas de fringues pour pas tres cher, avec tous les tissus, de toutes les formes, de quoi y passer des heures si on aime les fringues. Moi je me suis fais faire un calecon en satin que Paulo m`a offert et depuis hier soir je p... dans la soie, un luxe que peu de voyageurs a velo ont connu.
Ce matin nous avons quitte Hoi An pour rejoindre Hue un peu plus au nord, toujours en train. On prefere le train pour plusieurs raisons, mais principalement pour la securite parce que si de maniere generale la route est dangereuse en asie, c`est particulierement le cas au Vietnam.
C`est tout simplement des fous sans cerveau ni permis de conduire munis de bus sans frein mais avec klaxon, rejouissant n est il pas ?
Voilou en attendant de retrouver mon velo vers le 20 fevrier je profite de la compagnie de Jean Paul, je fais un peu de gras (Paulo ajoute : pourquoi un peu?), je me repose, et je decouvre les autres moyens de transport que le velo.

Posted by bidou at 11:02 PM | Comments (4)

janvier 13, 2005

De phnom Penh

Vite fait bien fait, de la capitale du cambodge, des nouvelles avant de partir au vietnam.

Apres 12 jours passes dans ce tres beau pays, tres pauvre au sens occidental du terme parce qu ils ont tous a manger, tres rural (c est un grenier a riz pour une bonne partie de l asie du sud est), tres marque par des annees de guerre et de souffrances, nous quittons demain matin la capitale en direction de Saigon, au Vietnam, que nous devrions rejoindre en 3 jours si tout se passe bien ( un peu plus de 250 km ).
Du Cambodge je garderai de nombreux souvenirs, comme les temples d Angkor qui ne m ont pas fascine outre mesure mais qui sont quand meme assez edifiant ( je regretterai le business fait autour, le nombre de touristes, et tout ce qui va avec ), ou encore le relatif calme de phnom penh qui est finalement une ville assez agreable, d une taille raisonnable (comparee a la folie de Bangkok il n y a rien de difficile...).
Mais avant tout c est la beaute des habitants qui m a marquee. C est jusqu ici le peuple le plus beau que j ai rencontre.
Il me faut aussi evoquer leur maniere de conduire, indescriptible, incomprehensible, illogique, effrayante dans un certain sens mais fluide tant qu il n y a pas de crash. Traverser le boulevard principal a de quoi effrayer a premiere vue, mais apres quelques tentatives et une fine analyse de la situation, il suffit de foncer en fermant les yeux et en criant tut tut comme si on etait muni nous aussi d un avertisseur sonore et le tour est joue, normalement on est de l autre cote en un seul morceau. En tout cas jusqu ici ca a toujours ete le cas.
Autre anecdote, nous venons de passer une heure a chercher le centre culturel francais qui devrait projeter un film ce soir, c est facile c est au 23B de la rue 278. On a trouve aisement la rue 278, elle commence par le numero 17, suivi du 52, puis le 111A, et finit au 26 apres environ 1,5 km de rue. Ce qui me prend quelques peu le choux.
Pour mon pere qui m a deja vu m enerver sur quelque chose que je ne trouvais pas, je le laisse imaginer. Du coup on a pris le premier cafe Internet qui passe dans la rue et je defoule toute mon incomprehension de ce peuple sur ce clavier qu a rien fait.

Posted by bidou at 10:17 PM | Comments (8)

janvier 02, 2005

Bonne annee du cambodge

Ca y est on est en 2005, plus que 2 ans de velo t je suis presque arrive, je sens deja la soupe chade au coin du feu.
Je vous souhaite a tous une bonne annee et une bonne sante, classique quoi, mais quoi de plus important qu une bonne sante...
On a quitte la thailande le premier au matin, un pays sous le choc de la catastrophe, et on est entre au cambodge, un pays encore plus meurtri mais pas par une catastrophe naturelle, par 30 ans de reeducation khmer rouge, d occupation vietnamienne, et de guerre civile.
Un pays qui sort de la nuit et qui a autant besoin, si ce n est plus, de notre aide, si l on considere que l on peut les aider.
Pour repondre a ma sister concernant l aide internationale a apporter aux sinistres d asie, la thailande a ete l objet de toutes les attentions des occidentaux puisque la plupart des victimes etaient des touristes occidentaux, ils sauront se relever, le tourisme reprendra ses droits et la plaie se refermera sans notre intervention.
En ce qui concerne les autres pays, Sumatra me preoccupe beaucoup plus, c est une region de l indonesie, pays deja pauvre, qui etait en rebellion contre le pouvoir de djakarta et donc coupe du reste du monde. Je ne sais pas comment l aide internationale peut arriver, le pouvoir central peut saisir l occasion pour etouffer la rebellion.
Pour conclure et repondre a ma soeur, la reponse internationale me semble a la mesure de la catastrophe. mais malheureusement la situation logistique va etre le maillon faible. Il ne sert a rien de rassembler du materiel qui mettra des mois a arriver la ou ils ont besoin maintenant de notre aide. Il est clair que si on veut les aider il faut donner de l argent et je le donnerais en priorite a des ONG qui sont deja sur place a sumatra dont voici un contact :

Yayasan IDEP Foundation - www.idepfoundation.org

FOR PEOPLE INTERNATIONALLY WISHING TO HELP - Bank transfers can be made to a dedicated bank account which we have opened today, details are : Account Name :
Yayasan IDEP
ACCOUNT NO : 034.001229576.003
Bank : BNI (Bank Negara Indonesia), Cabang Ubud, Bali Bank
Address : Jl. Raya Ubud, Bali - Indonesia
SWIFT Code : BNINIDJA DPS


Surtout il faut garder en memoire qu une fois l urgence passee, des centaines de milliers de personnes devront tout reconstruire et il sera bon de se rappeler leurs besoins dans quelques mois.

Quant au cambodge, la decouverte n est pas terminee, mais la claque est grande.

Posted by bidou at 11:25 PM | Comments (4)