décembre 28, 2004

Bangkok, sans encombre

Un petit message rassurant parce qu avec le recul je comprends que certains peuvent avoir eu peur pour moi, et bien sachez que je n ai rien vu, rien eu bien qe tres proche de la zone touchee par le tsunami.

Anne Sophie a decide au dernier moment de me rejoindre pour un mois en thailande et au cambodge, et du coup j ai pedale un peu plus vite que je n avais prevu. J ai remonte la Malaysie peninsulaire en moins de 10 jours et j ai roule comme un belge (nouveau record personnel etabli a 850 km de velo en une semaine, amis avec un velo tout refait a neuf) jusqu a Surat Thani en thailande, sur la cote Est de l isthme thailandais. C est la que j ai retrouve Anne So le dimanche 19 decembre et qu on a achete un velo pour elle, depuis on pedale la cote Est en direction de Bangkok.
Si elle n etait pas venue, j avais prevu de passer non loin de la zone car j etais convie par une famile d expatries francais a passer la voir pour noel, et ils habitent a Phuket. Au passage je ne sais pas quels degats ils ont subi, si mon bob de pere peut m en dire plus au sujet de la famille Desjoyaux.
Bref, le jour de la catastrophe j ai eu un peu de mal a m endormir parce que j ai senti que j etais pas passe tres loin...
J ai eu chaud aux fesses comme on dit.
En meme temps, je passe pas tres loin chaque fois qu un vehicule motorise me depasse comme un con en me frolant a fond les ballons, mais ce sont les risques du metier.
Bon voilou du coup, Anne So et moi sommes aujourd hui lundi 27 a Bangkok et prenons demain la direction du Cambodge. Nous visons Phnom Penh pour le 15 janvier. Le 22 janvier, un ami de Noumea, Jean Paul, me retrouve a SAIGON (je ne t ai pas oublie Paulo).
Mon passage en Thailande est bref mais je prevois de revenir tout le mois de mars avant de remonter au laos. Et de toutes facons je ne suis pas emballe par la Thailande, loin de la.
Trop de touristes, trop de chiens qui veulent me bouffer les mollets, trop de laxisme, trop de trop pour pas grand chose. Franchement apres la Nouvelle Caledonie, les plages thailandaises sont tres decevantes, et sales, et je ne comprends pas les touristes europeens qui viennent s agglutiner la. Mais bon c est mon point de vue, et les gens ont un tres beau sourire mais ca s arrete la.
Apres 3 mois passes en pays musulman ou le premier sourire est difficile a arracher mais ou il y a souvent quelque chose derriere, j ai un peu du mal.
Je souhaite a tous une bonne fin d annee et une exc ellente anne 2005.

Posted by bidou at 12:18 AM | Comments (11)

décembre 11, 2004

Petit message de l'administrateur:

Je donne la parole a mon ami Patrick qui a laisse ce message en commentaire mais je ne sais pas si beaucoup d`entre vous lisent les autres commentaires.
J`en profite pour le remercier encore une fois pour sa contribution, c`est grace a lui qu`on peut se lire et s`ecrire tous ensemble.
J`en profite aussi pour re-autoriser les commentaires a partir de celui ci. Donc a vos stylos electroniques, je veux quema boite de commentaire fume, craque, explose, pleure sous le poids de vos brillants messages.

vous avez peut-être remarqué des commentaires qui ont fleuri, et qui sont des spams. Je viens de faire le nettoyage à la main, et aussi de fermer les vieux articles, qu'on ne peut plus commenter.
Je pense fermer les articles aux commentaires progressivement (car sinon les spams vont revenir), genre un mois après publication par notre bicycliste préféré (d'ailleurs, Julien tu peux le faire aussi, dans le menu de création/édition des articles il suffit de passer le menu déroulant Comments de Open à Closed).

Si vous voyez des commentaires déplacés, n'hésitez pas à me prévenir, je ferais le ménage.

D'autre part, rien à voir, je travaille sur une surprise, principalement pour Julien, mais d'intérêt pour toute personne suivant son parcours. C'est bientôt la Noël :-) ....

Posted by bidou at 01:33 AM | Comments (10)

décembre 10, 2004

article interessant sur lemonde.fr

sur www.lemonde.fr il y a 2 articles concernant le changement climatique que je trouve assez interessant, dans la categorie science, si vous avez 2 minutes...

Posted by bidou at 09:48 PM | Comments (0)

Johor Baru, retrouvailles avec la Malaysie

De Pontianak a Johor Baru, la ville la plus au sud de la malaysie peninsulaire, je n`ai pas fait beacoup de velo, mais j`ai quand meme pas mal bouge.

A Pontianak j`ai pris le bateau direction une petite ile indonesienne au sud est de Syngapour. Le bateau devait partir a midi dimanche dernier, il est arrive a 16h et est parti a 18h, ce qui m`a oblige a trainer avec mon velo dans les environs du port entre 11h du mat et 17h.
J`etais le seul touriste dans la zone et de surcoit avec un velo tout charge donc ideal pour attire l`attention.
Les premiers a me mettre le grappin dessus, les flics.
Come come...
OK je viens
et me voila au poste avec tous les flics autour de moi, m`offrant cafe, fruits et me harcelant de uestions sur mon voyage. Bien cool, ils sont d`un peu partout en Indonesie, Java, Sumatra, Sulawesi, Bali, Kalimantan, donc me racontent tous un peu d`ou ils viennent, tranquilou, dur dur le job de policier dans ce pays.
Ils me relachent apres une heure d`interrogatoire et garde mon velo sous leur protection ainsi je peux aller me ballader et trouver un petit resto pour prendre mon lunch.
C`est alors qu`un groupe de joyeux lurons faisant la fete dans une cabane a 100 metres des flics m`invitent a boire un coup (ils m`offrent un coca et un bouteille d`eau) pendant qu`ils jouent de la musique et dansent dans une super ambiance. Sympa!
Puis lunch et retour au velo pour me rapprocher du bateau qui n`est toujours pas la, mais les flics m`offrent de nouveau un cafe et des fruits, soit, comment refuser.
Apres tout ca le bateau arrive, je charge le velo et les centaines d`autres passagers montent avec des cartons et des sacs, des legumes, des fruits, des teles, des lits. Nous allons en effet faire le detour par les archipels indonesiens du sud de la mer de chine entre borneo et la malaysie peninsulaire. Deux fois par mois, cette liaison maritime reguliere est le seul lien de Sarasan, Natuna,...etc avec le reste de l`Indonesie, et le bateau est rempli de tous ce qu`on peut imaginer, a l`exception d`animaux vivants.
Je suis le seul blanc a bord, et mon velo attire l`attention, et en 52 h de mer j`ai du repeter la meme chose en indonesien a peu pres 52 fois.
Je sais super bien dire comment je m`appelle, d ou je viens, que je ne suis pas encore marrie, quelle est ma religion (en revanche je ne dis pas toujours la meme religion, j`hesite encore mais il est impensable de ne pas en avoir la bas donc j`en donne une, parfois boudhiste, parfois chretien catholique, jamais musulman, parfois vegetarien...), quel age j`ai, ou je vais, combien de temps ca va durer, que j`aime bien l`Indonesie (ce qui est vraiment le cas), que j`adore les fruits...
Apres 52h de mer, 6 enormes plats de riz, 12 sardines, 1 duriam, 2 kilos de rambutan, nous arrivons a Kijang sur l`ile de Bintan. Il est 22h, et je dois trouver un hotel pour passer la nuit. No problem, passe une bonne nuit puis rejoint Tanjung Pinang par taxi (25km mais velo casse) d`ou je prend sun ferry pour Syngapour.
1h30 apres, j`arrive sur une autre planete. Il est 13h ce mercredi 8 decembre lorsqe je decouvre ce monde digne d`une bd de fiction.
Apres s`etre promene dans Syngapour, on va trouver que la Suisse est un pays sale. C`est absolument hallucinant, je me demande s`ils ne passent pas la serpillere sur les trottoirs, pour sur ils sont balayes plusieurs fois par jour et personne ne jette jamais rien par terre.
Le metro est entierement sur le modele de la ligne 14 a paris, tout automatise, propre et climatise, les tickets sont des cartes de credits magnetiques consignees.
Dans les rues, des complexes de magazins par dizaines, des pubs pour american express et autres VISA, des ferrari et maseratti garees comme on verrait des clios dans paris, enfin tout va bien dans le meilleur des mondes.
En arrivant d`Indonesie, c`est pas une giffle que tu prends, simplement t`y crois pas.
Pour 4 millions d`habitants, il y a 22 000 taxis. Si tu tends le bras dans la rue, il y en a 3 qui s`arretent.
Tu n`as pas le droit d`avoir une voiture de plus de 10 ans, mais je n`en ai pas vue de plus de 5 ans.
48h dans ce monde a part m`ont suffit pour passer un bon moment en compagnie des canadiens qui m`hebergeaient et pour faire reparer mon velo. Je suis donc parti et je suis maintenant en malaysie peninsulaire.
Il se trouve cependant qu`une des pieces changees sur mon velo est defectueuse, je dois donc prendre le train pour Kuala Lumpur ou le meme magazin de velo que celui qui a fait les raprations a une autre succursale, j`espere qu`ils pourront faire quelque chose de bien.
En meme temps je ne me plains pas de faire un coup de train, ca va me changer.
Voilou sinon jusqu`ici tout va bien...

Posted by bidou at 09:30 PM | Comments (0)

décembre 04, 2004

depuis l`equateur

me voila de retour en Indonesie, sur l`equateur, dans la ville de Pontianak, non sans quelques rebondissements.

Lundi dernier je suis donc parti de Kuching, sous la pluie et sur ma bicyclette, direction la frontiere indomalayse.
Mardi midi me voila tout fier, en sueur et a la frontiere apres quelques kilometres de montagne plutot difficiles.
Oups, pas possible de passer, aucun visa pour l`Indonesie n`est delivre ici meme pour moins de 30 jours, c`est le seul point d`entree en Indonesie dans ce cas la, tous les autres ports et aeroports delivrent des visas a l`arrivee our moins de 30 jours.
Rien a faire, sinon laisser mon velo et tout l`equipement dans le bureau de l`officier cote malaysie et retourner a kuching en minibus pour obtenir un visa au consulat indonesien.
Vers 16h je depose donc ma demande de visa que j`obtiens le lendemain a 9h30. Je repars en minibus et arrive a midi, exactement 24h, une journee, un trou dans mon espace-temps de cycliste.
Apres analyse de la carte hyper precise que j ai a ma diposition (j`ai toute l asie du sud est de la papouasie a la birmanie sur un morceau de papier de 50x50 cm), je decrete qu`il est encore possible de parcourir la distance jusqu a pontianak en velo et d`y arriver avant le depart du bateau pour syngapour.
zyvas c`est parti sousla chaleur et sur les routes d`Indonesie dont j`avais oublie qu`elles etaient aussi pourries en comparaison des routes de Malaysie.
Je retrouve rapidement mes marques et eprouve un grand plaisir a etre de nouveau dans ce pays. Contraierement a la Malaysie ou les gens sont agglutines dans des grandes villes, ayant deserte les campagnes uniquement destinees a la monoculture des palmiers, cacao et autres heveas, je roule a travers des villages. Toujours quelqu`un sur le bord de la route pour me gratifier d`un sourire qui vaut tout l`or du monde, toujours des enfants qui jouent au foot, se baignent dans les rivieres...
Souvent je m`arrete pour boire un the ou manger un fruit et presque toujours, on m`offre les fruits avec une telle generosite. Le contraste avec ce que j`ai vecu en Malaysie sur la route et incroyable. En qutre jours on m`a offert 3 fois des fruits, on m`a paye 3 fois le the.
Lorsque je m`arrete pour acheter des fruits, le prix est marque, par exemple 3000 roupiahs par kg, j`en prends un kilo, et parce que c`est moi on le le fait a 2000 roupiahs. Je n`ai pas une grande experience mais je ne connais pas beaucoup de pays ou le prix pour le touriste blanc est inferieur a celui pour le local. Certes, cela vient du fait que je suis en velo et que pour eux il faut etre foiu ou brave pour pedaler ainsi sous une telle chaleur. Il y a un peu des deux, mais cette gentillesse que j`ai en retour me rembourse de tous les efforts et de toutes les difficultes.
A propos des fruits d`ailleurs, c`est un festival de nouveautes : rambutan (ou lychee a poil long ou virus du sida), durian, manggi...etc je me regale. je peux ainsi combler ma faim insatiable sans me remplir de cochonneries, et franchement c`est du pur bonheur.

Enfin voila, tout s`est tres bien passe jusqu`a hier vendredi ou ce qui devait arriver arriva....
J`ai casse la machine. J`avais l`impression que ma roue arriere etait voilee, mais j`attibuais cette impression a un effet d`optique parce que je venais de rouler dans la boue et mes pneus etaient sales.
Seulement apres le repas de midi, je decide de controler la tension des haubans pour m`assurer que rien d`anormal ne s`est passe.
Je trouve deux haubans detendus, bizarre. Sans doute les vibrations. Ils ne sont pas casses donc je les retends. mais rine ne change, et je me rends enfin compte que c`est le moyeu qui est profondement fissure, il s`ouvre comme une fleur. pas classe.
Tant pis, je finis en bus (il me restait moins de 90 km) jusqu a pontianak et je reparerai tout ca a syngapour ou j espere trouver un bon magazin de velo.
Par chance, j`ai rencontre a Miri des canadiens qui sont profs a Syngapour et qui me proposent de me loger le temps de decouvrir syngapour et de reparer la machine. Donc je peux dire qu`il n`y aura pas de velo pour les 5 prochains jours au moins (3 jours de bateau puis au moins deux jours de reparation). C`est pas grave avec tous les kilometres que j`ai fait ces deux dernieres semaines, je m`autorise cette pause. SI vous n`y voyez pas d`inconvenient bien sur.
Bon la il est 14h et je vais aller braver la pluie (la mousson est impressionnante) pour trouver un ptit restau et manger un des plats dont je ne me lasse pas (une des specialites de l`indonesie est le satay, c`est a dire les petites brochettes un peu comme ce qu`on peut avoir dans les restaus japonais de Paris.)
A bientot pour les nouvelles aventures de Bidou qui repare son velo et c`est pas rigolo.

Posted by bidou at 06:11 PM | Comments (2)