novembre 30, 2004

quelques photos sur yahoo

A l adresse suivante, ma maman a mis en ligne quelques photos d australie qui sont assez sympas.
http://fr.pg.photos.yahoo.com/ph/bidouavelo/my_photos
Si vous avez deux minutes et que vous voulez partager rapidement ce que j ai vecu sur l ile continent avec mon padre et le reste de ma famille, voilou.

Posted by bidou at 08:25 PM | Comments (1)

novembre 28, 2004

comment ca on est deja le 27 novembre

Personne ne m`avait prevenu qu`on etait en novembre et moi qui me promene tranquillement encore a borneo. Vous exagerez quand meme y`en a au moins un qui aurait pu m`envoyer un message. A cette allure je suis pas rentre.

Cependant ca vaut le coup et puis borneo c`est quand meme la troisieme ile du monde ( personne n`a su me dire quelles sont les 2 plus grandes ).
Je prevoyais de quitter borneo en bateau il y a une semaine mais j ai rencontre un couple de canadiens et on est partis tous les trois visiter un peu l`interieur de l`ile et du coup j`ai repousse mon depart de borneo pour le 5 decembre (Pontianak Syngapour du 5 au 8 decembre).
Pendant 3 jours nous avons suivi a contre courant la riviere BARAM (au depart de Miri au sud de Brunei) en bateau, puis en 4x4 sur les pistes forestieres et a pieds a travers la jungle, pour arriver parmi ce qui reste d`un peuple appele Penan. Ce peuple indigene rassemblant quelques milliers d`ames sur l`ensemble de BORNEO etait originellement nomade. Il reste aujourd`hui 200 nomades dont on dit qu`ils seront sedantarises dans les 2 ans a venir. ceux avec qui j`ai vecu 3 jours sont sedentarises depuis 40 ans. Cette peuplade de chasseurs, cueilleurs et pecheurs cultive depuis ce temps la, et ils ne survivent aujourd`hui que grace au riz et aux quelques legumes qui poussent dans leurs jardins si aleatoirement organises. Les hommes partent encore regulierement dans la jungle dans l`espoir de chasser un singe ou un sanglier mais ils rentrent bien trop souvent les mains vides. Il n`y a plus d`animaux dans les environs, et ce pour plusieurs raisons.
Lorsqu`ils etaient nomades, ils installaient des abris au coeur de la jungle formant des villages temporaires autour desquelles la nourriture abondait. Lorsqu`il devenait difficile de trouver a manger, ils changeaient d`endroit, laissant derriere eux une jungle un peu appauvri mais qui se regenerait tres rapidement. Aujourd`hui et depuis 40 ans, ils chassent sur le meme territoire, imaginez les consequences.
D`autant que ce territoire est un ilot de foret vierge au milieu d`un ocean de nature morte (je ne sais meme pas comment appele ca). Les compagnies forestieres, appuyees par le gouvernement de malaysie dont le seul soucis est d`etre un pays totalement developpe et pas un de ces pays pauvres comme l`indonesie, exploitent le bois et laissent derriere elles un desastre. Il n`y a plus d`habitat pour les animaux, le sol est emmene par les pluies, aneantissant au passage toute forme de vie dans les rivieres en aval. Et cela ne s arretera que lorsque toute la foret sera detruite, ce qui est envisageable dans les 10 ou 20 prochaines annees.
Les penans sont les seuls a refuser l`argent des compagnies forestieres et a se battre pour preserver ce qui reste de leur mode de vie. Un activiste suisse, Bruno MANSER, les a aides, pendant quelques annees, a lutter manu militari, avant de disparaitre dans des conditions plus que douteuses.
Pour ceux interesses, il a ecrit un livre sur les penans que vous pourrez trouver en vous adressant a BMF, Bruno MANSER Foundation, qui se trouve en Suisse.
Alors que les penans agonisent et emportent avec eux la sagesse dont notre monde aurait bien besoin, le reste de la malaysie voit d`un mauvais oeil la visite d`un homme blanc aux penans. En redescendant en ville apres cette formidable experience, portant certains signes distinctifs comme les bracelets juste sous le genoux que l`on m`a offert avec une vraie generosite, j`ai ressenti le regard des malays et des chinois qui craignent un nouveau Bruno MANSER. Au travers des questions qu`ils me posent sur le peulpe penan, je suis impressionne par la meconnaissance qu`ils ont de ce peuple dont ils ont tres peur.
Encore une fois l`ignorance est la source de toutes les legendes et de toutes les peurs, alors que les hommes et les femmes que j`ai rencontres au milieu de ce qui reste de jungle regorgent de sagesse, d`humilite et de veritable generosite.

Posted by bidou at 07:07 PM | Comments (4)

novembre 06, 2004

De passage au sultanat de Brunei

J ai quitte la Malaysie et sa province de Sabah aujourd`hui pour rejoindre Brunei. Je ne fais que passer car a priori dans 2 ou 3 jours je serai de nouveau en Malaysie, province de Sarawak.

Cependant je garderai de Sabah plus que d`excellents souvenirs. Outre les 600 km de velo que je viens de parcourir, j`ai surtout experimente la vie dans la jungle de Borneo pendant plus d`une semaine. Tous les jours je suis alle marche en foret, j`ai peche dans les lacs, j`ai sillone la riviere Kinabatangan en bateau, et j ai rencontre des animaux tous plus magnifiques les uns que les autres : gros crocodiles, cochons sauvages, monitor lizards presqu`aussi gros que les dragons de Komodo (c`est en fait la meme espece), scorpions enormes, plus de 10 especes de grenouilles dont la plus petite du monde, des dizaines d espece d oiseaux, et surtout des singes.
Les macaques a longue queue, omnipresents, les proboscis, etranges primates au long nez rouge et au gros ventre, et surtout les Orang Utan, nos tres proches cousins (en malayis, orang signifie homme et Utan signifie jungle, donc orang utan, homme de la jungle)>
J`ai eu l`immense privilege, alors que je me promenais seul en foret en fin d apres midi, de rencontrer un male adulte contruisant son nid pour la nuit. Apres une demi heure d`observation, la nuit tombant, je suis rentre au camp mais suis revenu des le lever du soleil le lendemain matin. Monsieur Orang Utan n`avait pas bouge, il prenait tranquilement son petit dejeuner compose des fruits de l`arbre sur lequel il nichait. Lorsque ma presence le derangeait un peu, il prenait son air menacant et me lancait des branches du haut de son arbre.
A titre personnel, j`ai savoure cette chance que j`ai eue de rencontrer cet animal tres menace dans son milieu naturel.
Je fais partie des derniers, car ses jours sont comptes, tout comme ceux des autres especes, gros mammiferes, batraciens, reptiles, insectes ou oiseaux. Leur habitat se reduit a une peau de chagrin devant l`avancee des plantations industrielles, principalement les palmiers a huile, mais aussi le cacao et l`hevea. Alors qu`on parle de dizaines de milliers d`hectare pour les zones protegees, c`est en million d`hectare que Sabah compte ses plantations industrielles. D`ailleurs, sur les 600km de route parcourue, ce sont au moins 500km de plantations que j`ai traversees. Il y a peu de temps, ne trouvant plus de nourriture dans la jungle, trois males Orang Utan ont commence a manger des fruits de palmier normalement destines au pressoir. Ces trois pauvres bougres ont ete abbatus par un travailleur de la plantation. Il risque 5 ans de prison pour ce geste.
Tout ca ne m`enlevera pas la joie d`avoir rencontre ce monsieur au milieu de la jungle, ce fut pour moi une experience d`une rare intensite; pas seulement sa rencontre mais la vie dans la jungle pendant une semaine et le profond sentiment de serenite que m`apportait chaque promenade en foret que je faisais seul.
Je suis maintenant de retour dans la civilisation, au milieu d`un cybercafe rempli de jeunes jouant a la guerre en reseau. Il est 19h30 et je vais aller me restaurer, en admirant la beaute du palais du sultan dont l`eclairage est vraiment reussi.

Posted by bidou at 10:37 PM | Comments (6)